A Southwest Airlines flight takes off as United Airlines planes sit parked on a runway at Denver International Airport as the coronavirus pandemic slows air travel on April 22, 2020 in Denver, Colorado. Compared to the same time last year, Denver International Airport is operating 1,000 fewer flights daily. (Photo by Michael Ciaglo/Getty Images)

La France promet des milliards pour maintenir l’Europe dans la course aérospatiale

Le paquet permettra de garantir 100 000 emplois au cours des six prochains mois, a déclaré mardi le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire. Il permettra également aux entreprises françaises de suivre le rythme d’avionneurs tels que Boeing américain et chinois COMAC.

« Nous ne laisserons pas le marché aéronautique mondial se répartir entre la Chine et les États-Unis. La France et l’Europe seront là aussi », a déclaré Le Maire.

Le paquet de 15 milliards d’euros (16,9 milliards de dollars) comprend 7 milliards d’euros (7,9 milliards de soutien à Air France que le gouvernement avait annoncé précédemment. Le Maire a déclaré que les compagnies d’aviation seraient autorisées à retarder le paiement des prêts jusqu’à un an, contribuant ainsi à sauver des emplois chez les avionneurs Airbus (EADSF) et Dassault (DASTF) ainsi que les fournisseurs de composants aérospatiaux Safran (SAFRF) et Thalès.

Environ 1,5 milliard d’euros (1,7 milliard de dollars) seront alloués à la recherche et au développement dans le but de produire un avion neutre en carbone en 2035. « La France peut être le pays européen où les avions de demain seront conçus et fabriqués », a ajouté Le Maire.

La crise des coronavirus a ravagé les compagnies aériennes mondiales et se propage désormais aux entreprises qui fabriquent les pièces et les systèmes propulsant leurs avions. La demande des consommateurs pour les vols a été supprimée pendant la pandémie par des interdictions de voyager et des fermetures, et il ne devrait pas se rétablir complètement avant plusieurs années après la levée des fermetures.
Dans toute l’Europe, les gouvernements interviennent pour soutenir les compagnies aériennes. Air France (AFLYY) a obtenu son renflouement en avril, tandis que Lufthansa (DLAKF) a finalisé les termes d’un plan de sauvetage de 9 milliards d’euros (9,8 milliards de dollars) du gouvernement allemand en mai. Les entreprises sont poussées à rendre leurs opérations plus respectueuses de l’environnement.
Les compagnies aériennes américaines ont également profité des renflouements du gouvernement d’une valeur d’environ 50 milliards de dollars.

Compétition mondiale

Airbus est au cœur de l’industrie aéronautique européenne. Basé en France mais avec avec des sites de production en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni, elle est en concurrence avec Boeing pour fournir des avions aux compagnies aériennes du monde entier.

La société a obtenu une facilité de crédit de 15 milliards d’euros (16,9 milliards de dollars) en mars pour renforcer sa position alors que la pandémie balayait l’Europe. Le gouvernement français a annoncé mardi qu’il présenterait des commandes militaires en suspens pour des ravitailleurs et des hélicoptères de ravitaillement en vol d’Airbus.

Airbus bénéficiera également des aides accordées à Air France, l’un de ses plus gros clients.

Boeing (BA), qui était déjà sous le choc de l’échouement du 737 MAX avant l’arrivée de la pandémie, a jusqu’à présent évité un renflouement du gouvernement américain en levant 25 milliards de dollars grâce à une émission d’obligations.

Le COMAC chinois tente de briser le duopole dont jouissent Airbus et Boeing, mais son avion monocouloir C919 a pris beaucoup de retard et il pourrait s’écouler des années avant que la société ne produise un avion capable de défier ses concurrents.

– Hanna Ziady a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *