La Nouvelle-Zélande lève presque toutes ses restrictions concernant les coronavirus, après qu'aucun cas actif de Covid-19 n'a été signalé

La Nouvelle-Zélande lève presque toutes ses restrictions concernant les coronavirus, après qu’aucun cas actif de Covid-19 n’a été signalé

(CNN) – Presque toutes les restrictions concernant les coronavirus en Nouvelle-Zélande seront levées demain, Premier ministre Jacinda Ardern a annoncé, après que le pays n’a signalé aucun cas actif.

La distanciation sociale, cependant, est toujours encouragée et Ardern a déclaré que les frontières internationales de la Nouvelle-Zélande resteront fermées aux non-résidents pour empêcher de nouvelles épidémies. Les résidents arrivant en Nouvelle-Zélande devront toujours mettre en quarantaine pendant deux semaines.

La Nouvelle-Zélande n’a actuellement aucun coronavirus et aucun cas positif n’a été signalé au cours des 17 derniers jours. Personne n’a reçu de traitement à l’hôpital pour Covid-19 au cours des 12 derniers jours et cela fait 40 jours depuis le dernier cas de transmission communautaire.

« Cette absence de restrictions repose cependant en grande partie sur le rôle continu que nos contrôles aux frontières joueront pour empêcher le virus d’entrer … Le virus sera dans notre monde pendant un certain temps à venir », a déclaré Ardern lors d’une conférence de presse lundi.

L’annonce a été faite alors que le nombre mondial d’infections confirmées à coronavirus dépassait 7 millions lundi, selon Le décompte de l’Université Johns Hopkins, avec plus de 402 000 morts. La Nouvelle-Zélande a enregistré 1 504 cas confirmés et 22 décès.

Ardern a déclaré qu’elle avait dansé d’excitation en apprenant que la Nouvelle-Zélande n’avait actuellement aucun cas Covid actif.

«C’était une information très excitante à entendre, alors j’avoue que quand j’ai entendu cette information, j’ai fait – je ne sais même pas si je pouvais la décrire comme une danse – un mouvement semi-coordonné autour du salon», le PM m’a dit lors d’un Facebook live lundi.

Calendrier de verrouillage de la Nouvelle-Zélande

Le premier cas de coronavirus a été confirmé en Nouvelle-Zélande le 28 février – plus d’un mois après que les États-Unis ont confirmé sa première infection.

Le 14 mars, alors que le pays comptait six cas, Ardern a annoncé que toute personne entrant dans le pays devrait s’isoler pendant deux semaines, ce qui était à l’époque l’une des restrictions frontalières les plus strictes au monde. Les ressortissants étrangers ont été interdits d’entrée dans le pays le 20 mars.

Quelques jours plus tard, le 23 mars – sans décès et quand il y avait 102 cas confirmés – Ardern a annoncé que le pays entrait dans le verrouillage de « niveau trois ». Les commerces non essentiels ont été fermés, les événements et rassemblements annulés et les écoles fermées à tous les enfants, à l’exception de ceux des travailleurs essentiels.

Les employeurs ont été invités à autoriser le travail à domicile dans la mesure du possible, les transports publics étaient réservés aux travailleurs essentiels et les voyages aériens intérieurs discrétionnaires entre les régions étaient interdits.

À minuit le 25 mars, la Nouvelle-Zélande est passée au niveau de verrouillage le plus strict de niveau 4, avec des gens disant de ne pas quitter la maison, sauf pour les exercices essentiels près de la maison, tout en maintenant une distance sociale.

Le 9 avril, malgré une baisse du nombre de cas, Ardern a resserré les restrictions aux frontières de sorte que tous les citoyens et résidents permanents arrivant en Nouvelle-Zélande devaient passer deux semaines en quarantaine dans un établissement agréé plutôt qu’à la maison.

Une bulle de voyage se profile?

La Nouvelle-Zélande et l’Australie sont en discussion pour établir une « bulle de voyage » ce qui permettrait aux résidents de voyager librement entre les nations voisines sans avoir besoin de quarantaine.

Les deux pays ont pour la plupart maîtrisé leurs épidémies locales de coronavirus et ont de grandes industries touristiques qui ont été gravement touchées par des restrictions de voyage généralisées.

Cependant, Ardern a averti lundi qu’un tel couloir pourrait encore être dans des mois.

« Je ne veux pas que les entreprises néo-zélandaises ou même les kiwis qui souhaitent traverser le fossé reçoivent un faux départ. Je préfère partager les délais lorsque nous avons beaucoup plus de certitudes », a-t-elle déclaré.

« (L’Australie fait) des progrès état par état, mais ce n’est pas universel. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *